Mon premier trimestre de grossesse

Hello les filles ! J’ai beaucoup hésité avant d’écrire cet article et puis je me suis dit que moi j’avais trouvé ça hyper utile de lire des article sur le premier trimestre de grossesse et que donc ça pourrait peut-être en aider certaines. Du coup, me voici (en plein 3e trimestre) à écrire cet article.

 

Premier mois

J’ai appris ma grossesse dans les deux semaines qui ont suivi. Aucun symptôme particulier à part ceux qu’on peut ressentir avant l’arrivée des règles : poitrine tendue, légères douleurs dans le bas du ventre, quelques petites nausées. Dès quelques jours de retard, j’ai fait un test qui s’est avéré positif. J’ai enchaîné dans la journée avec une prise de sang pour confirmer tout ça. Positif. J’allais devenir maman !

À peine quelques jours plus tard, j’ai commencé à ressentir une fatigue constante que rien ne pouvait calmer. Je faisais des nuits d’environ 10h et pourtant je me réveillais profondément fatiguée au point de refaire obligatoirement une sieste dans la journée. Dans le même temps, j’ai commencé à avoir de légères nausées mais rien d’insurmontable.

 

Deuxième mois

Sauf que tout a changé à partir du deuxième mois. Les nausées sont devenues bien plus importantes. Vous n’imaginez pas à quel point j’ai maudit l’expression « nausées matinales » ! Les miennes n’avaient rien de matinales puisqu’elles duraient toute la journée et que plus la journée avançait, plus elles étaient importantes. Le soir, c’était carrément insupportable.

En général, le matin j’arrivais à prendre un petit-déjeuner mais le reste de la journée, rien ne passait. Tous les aliments me provoquaient des nausées et quand je me forçais à manger, je finissais toujours au dessus des toilettes à vomir tout ce que j’avais mangé. De temps en temps, je ne vomissais pas mon repas du midi, en général c’est quand je mangeais très peu et froid. Mais le soir, impossible de manger quoi que ce soit et les fois où j’ai forcé, j’ai tout le temps fini par tout vomir. Je me souviens d’un soir ou pour atténuer le mauvais goût que j’avais dans la bouche, j’ai pris un carreau de chocolat. UN CARREAU DE CHOCOLAT. Moins de 10min après, j’étais aux toilettes entrain de tout vomir !

À côté de ça, et sûrement à force de trop vomir, j’avais constamment un mauvais goût dans la bouche très désagréable.

 

Troisième mois

Avec l’arrivée du troisième mois, rien n’a changé. J’avais toujours mes nausées et les vomissements qui les accompagnaient. Mon lit et mon canapé étaient toujours mes meilleurs amis. Je n’avais plus aucune vie sociale et je ne mettais même plus le nez dehors sauf pour mes rendez-vous médicaux ou en cas d’obligation extrême. À ce moment là, j’avais vraiment l’impression que cet état n’allait jamais me passer.

Pendant ce mois, j’ai aussi découvert les joies de la vessie compressée. Résultat, je faisais beaucoup plus pipi et je me réveillais même la nuit pour y aller alors que c’est quelque chose qui ne m’arrive jamais normalement.

Côté positif, mon ventre a commencé un tout petit peu à s’arrondir mais ça s’est accompagné par des tiraillements en bas du ventre que je ressentais particulièrement quand je faisais un effort ou que j’éternuais tout simplement.

 

Du côté du moral

Je voulais vous parler aussi du moral parce que je trouve que c’est un aspect très important pendant la grossesse et en particulier lors du premier trimestre. J’ai vécu une fausse-couche par le passé et c’est une épreuve qui m’a pas mal traumatisée. Du coup, je vous avoue que je n’ai pas du tout vécu ce début de grossesse avec sérénité, c’est même tout le contraire. J’ai vécu les premières semaines dans la peur comme si ça allait forcément m’arriver encore une fois. J’ai paniqué de nombreuses fois au moindre petit signe.

Il faut avouer qu’au premier trimestre de grossesse, à part les nausées, rien ne « prouve » au quotidien qu’on est enceinte. On ne sent pas encore le bébé bouger et le ventre n’est même pas encore arrondi… Heureusement, j’ai eu la chance d’avoir une gynécologue et une échographiste au top qui ont compris mes inquiétudes. Résultat, j’ai fait bien plus d’échos qu’il en faut, ce qui me rassurait un petit peu à chaque fois.

Alors oui c’est vrai, le premier trimestre n’a pas été de tout repos, mais j’attendais le 2e trimestre avec impatience. Ce fameux trimestre où tout va mieux ! Je vous en parle très vite dans un nouvel article. En attendant, les futures maman n’hésitez pas à me raconter votre premier trimestre de grossesse. Et si vous avez des questions aussi, mettez-les en commentaire et j’y répondrai avec plaisir !

 

Et vous, comment s’est passé votre premier trimestre de grossesse ?

Bisous bisous ♥
En attendant un prochain article on se retrouve sur Snapchat : Mamzelle_Chahi et sur tous les réseaux :

icones-sociales-lipsticks-facebookicones-sociales-lipsticks_0008_twittericones-sociales-lipsticks_0005_hellocotonicones-sociales-lipsticks_0002_inspiliaicones-sociales-lipsticks_0002_instagram

2 Commentaires on Mon premier trimestre de grossesse

  1. bridget
    1 mars 2018 à 16 h 39 min (3 mois ago)

    ahhhh comme je me retrouve … seulement le corps médical s’en fichait royalement. mon poids était la seule chose qui les préoccupaient ( votre IMC est bonne pas de souci) sauf que j’étais à l’origine dans la barre haute de mon IMC normal . vu que je travaille et avec mes vomissements c’est grâce aux collègues que j’ai eu un arrêt de 5 jours du médecin de la boite ( ils pensaient tous que j’avais la gastro ) et étant claqué j’ai pas contredit le médecin. pour la fausse couche pareil; le pire c’est aux urgences gynéco où le médecin à pris le sang rosé pour une infection urinaire et m’a dit au bout de 5 minutes  » c’est rien » vous pouvez retourner travailler… 2 h plus tard j’étais admise à la clinique pour des douleurs et de la fièvre….

    Répondre
    • Mamzelle Chahi
      2 mars 2018 à 22 h 38 min (3 mois ago)

      C’est quand même fou comme le corps médical néglige parfois des situations qui ne sont pourtant pas anodines ! Je t’avoue que moi aussi, je trouve qu’il ne prenne pas tellement de pincettes et qu’ils expliquent parfois mal. C’est pas évident de trouver la bonne personne surtout dans des moments comme la grossesse où on a beaucoup de questions et d’inquiétudes…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *